elysee  facebook  twitter  instagram  snapchat  vine  tumbir  cop21

flanbynator4

" La victoire des Bleus signifie qu'il est possible de gagner deux fois" - Bozzo, Phoenix immortel

images/phoenix.gif

Journalisme de combat rapproché !

Suivant la définition malicieuse qu'en donne le plus compromis d'entre tous, le socialo-trotskiste  Nicolas DOMENACH, pour justifier les prébendes attachés à sa qualité de domestique servile du Parti Socialiste, 
Ces "journalistes" sont la quintessence de l'engagement médiatique au service d'une cause, d'un parti politique, d'une société secrète, de lobbies généreux, voire de leur intérêt personnel par détournement de l'information et manipulation de l'opinion publique bien-pensante,  sous couvert du plus incontestable des alibis : un statut de journaliste passeport pour tout dire, tout écrire, tout salir, tout diffamer, tout détruire, sans jamais craindre la moindre poursuite ni la moindre rétorsion au motif de la liberté de la presse, 
Ils illustrent parfaitement le discours prononcé par François MITTERRAND à l'occasion des obsèques de son ancien Premier Ministre, Pierre BEREGOVOY, moralement détruit et réduit au suicide à la suite de la campagne menée contre lui déjà par Edwin PLENEL : 

« Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie au prix d’un double manquement de ces accusateurs aux lois fondamentales de notre République. Celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous »


Mais l'honneur d'un homme, ils en ignorent la signification, eux qui n'en ont aucun !

 Vincent Edwy PLENEL

Malgré son visage chafouin, son regard fuyant de traître et de fourbe, sa moustache stalinienne, il est le plus charismatique et le plus adulé d'entre-eux.
L'engagement de son père aux côtés des indépendantistes, contre sa Patrie et au prix du sang versé de soldats du contingent,  lui valut son exclusion de l'Education Nationale par le Général de Gaulle, a marqué sa jeunesse et son militantisme professionnel ultérieur : son parcours initiatique trotskiste, sa formation universitaire délibérément choisie et assumée en Algérie où son père avait trouvé asile auprès du FLN, démontrent s'il en était besoin que son histoire personnelle et son éducation le préparaient au rôle d'agent de nuisance actif d'une puissance étrangère hostile à notre pays.
Ses sympathies pro-musulmanes et islamistes tellement affirmées qu'il en a rédigé des livres promus par les médias nationaux admiratifs, son soutien aveugle et inconditionnel au prédicateur Tarik RAMADAN, marquent, si nécessaire, ses sympathies intimes et son obsession de punir et châtier son pays.

Ami, plume de BOZZO-le-CLOWN (qui fut son informateur, dit "Gorge Profonde", au début des années 1980 lors de l'affaire des "irlandais de Vincennes") pour lequel il rédigea un livre d'entretien, il déshonore par sa pratique le "vrai" journalisme, mais sa puissance médiatique est telle qu'il baissa d'autorité le taux de TVA que devait payer MEDIAPART, fit voter une loi pour que sa décision prenne force de loi, ainsi qu'une loi d'amnistie pour ne pas subir la condamnation prononcée à son encontre pour avoir violé la loi commune au "vulgum pecus" à laquelle il n'est pas soumis. 
Politiquement lié au Syndicat de la Magistrature, les dossiers d'instruction contre les hommes politiques de droite se retrouvent par on ne sait quel hasard dans sa boîte aux lettres, et il en publie librement les procès-verbaux dans ses revues, comme des extraits des écoutes judiciaires, au mépris des règles légales élémentaires s'appliquant dans notre pays
Bien que MITTERRAND l'ait désigné comme "agent d'une puissance étrangère !",  que MACRON ne l'apprécie guère, il reste le protégé de BOZZO-le-CLOWN et de sa mafia perverse de courtisans arrivistes et manipulateurs.

Jusqu'à quand le pays se déshonorera-t-il à accepter sans réagir les méfaits de cet "intouchable" tout-puissant, qui injurie la République, salit et piétine les principes de la démocratie française et crache au visage de nos principes, nos valeurs, notre histoire et  de l'intimité profonde héritée de nos ancêtres de ce que nous sommes ?.
Un reportage édifiant décrit ce personnage :

L'alarme des démocrates de gauche :

Les méthodes fascisantes de cet agent d'une nation étrangère hostile, imprégnées des principes de manipulation et de déstabilisation apprises lors de sa formation en "République Algérienne Démocratique et Populaire" , sa haine contre la France, mais surtout les méthodes illégales et contraires à toute déontologie journalistique pour parvenir à des buts purement révolutionnaires,  commencent à inquiéter même dans les milieux de gauche démocrates :

Lire dans CAUSEUR l'article accordé par Maître DUPOND-MORETTI à Elisabeth LEVY dans lequel il donne son opinion sur les méthodes "barbouzardes" délibérément et systématiquement utilisées par Edwy PLENEL et les Juges d'Instruction trotskistes politiquement affiliés pour saper les fondements démocratiques de notre pays, conformément aux plans établis par une puissance  totalitaire étrangère hostile dont ils sont les agents actifs.

Ces méthodes sont indignes, dégueulasses, staliniennes, toute la presse devrait être vent debout contre elles !.

 C à VousMême dans une émission quotidienne aussi orientée "gauche bobo" que "C à vous" sur  FR5, Cantine où PLENEL a pour habitude de faire la promotion de MEDIAPART, prononcer ses plaidoiries enflammées pro-islamistes, vendre ses livres et sa salade anti-colonialiste, présenter ses contre-vérités unilatérales orientées versus pureté révolutionnaire de SAINT-JUST ou purge sociale façon FOUQUIER-TINVILLE, Patrick COHEN - pourtant peu suspect de sympathies droitières - s'est permis de lui faire remarquer que ses méthodes étaient anti-déontologiques et anti-journalistiques ! Il a bien entendu déclenché l'ire haineuse du trotskiste qui, comme à son habitude, a hurlé et insulté pour interdire toute expression de contradiction de ses thèses, tout dialogue intelligible !
Ainsi vont les grands défenseurs du journalisme politique totalitaire, les hérauts des procès staliniens de Moscou ou de Prague, qui visent à faire de la France une république populaire et musulmane et la purger de tous les éléments de sang impur hostiles à la vérité totalitaire telle que révélée par les "Tables de la Loi" de MEDIAPART  !

L'opinion de Nathalie LOISEAU, ancienne directrice de l'ENA, tête de liste LREM aux élections européennes de mai 2019 :

« Venir de la droite […], c’est insupportable à Edwy Plenel. Avoir été gaulliste à 20 ans plutôt que maoïste, soutien du terrorisme palestinien et des Khmers rouges, c’est insupportable à Edwy Plenel. »

 

Laurent JOFFRIN

 

 

Jean-Michel APATHIE

 

 

Patrick COHEN

Schizophrénie et politique

Fin novembre, nous l'avions laissé parmi  les factieux,  les séditieux, les agitateurs en "gilets jaunes"  dont il prétendait être la tête pensante pour renverser le régime et la république et les remplacer par un état autocratique dont il serait le Guide, comme avait pu l'être son modèle Jean-Bedel BOKASSA Ier, Président de CENTRAFRIQUE de 1966 à 1976 et Empereur de cet état de 1976 à 1979.

Mais faute de diamants pour financer les opérations, comme d'habitude cet éternel bateleur de foire avait rapidement été débordé par des "sans dents" révolutionnaires aussi radicaux qu'Eric DROUET, Chauffeur-routier qui voulait s'emparer par la force des boules de pétanque du Palais de l'Elysée et appelait au soulèvement général du pays contre les élus désignés par voie démocratique, ou Maxime NICOLLE, dit "Fly Rider", intérimaire partisan des thèses complotistes désignant par exemple le gouvernement comme organisateur de l'attentat islamiste du marché de Noël de STRASBOURG qui fit cinq victimes parmi la population innocente !

Ces intervenants jeunes, promus et portés par les chaînes d'information continue dont ils occupaient en permanence les plateaux et saturaient les antennes, l'avaient rapidement dépassé dans le domaine de l'outrance et de la virulence révolutionnaire, terrain sur lequel il brûlait évidemment de les suivre mais où son statut d'ancien chef de l'état ne lui permettait pas de figurer honorablement.

Avec ses pensions cumulées de 37600 €/mois, les sommes astronomiques tirées de la vente du livre LES LEÇONS DU POUVOIR, - ouvrage d’auto glorification rédigé pour lui par son "nègre" Laurent JOFFRIN -, et les avantages liés à son statut d'ancien président de la république (grand appartement meublé dans le centre historique de Paris, deux voitures de fonction, chauffeurs, secrétariat pléthorique, services de sécurité), aurait-il été crédible en exigeant l'indexation des pensions de retraite sur l'indice du coût de la vie et la baisse de la CSG sur les pensions de retraite ?

Alors, il revint aux fondamentaux qui avaient fait sa gloire et l'avaient porté à la tête de l'Etat, l'anti-sarkozysme primaire et animal qui était le seul programme qu'il eut jamais conçu et exécuté pour manipuler les "sans dents" et autres "punks à chiens" qui constituaient le socle de son électorat.

Entre deux repas mondains en ville avec des gens du spectacle, des intermittents et représentants la sphère médiatique - qu'il avait si richement dotés et gavés de prébendes pour qu'ils se rallient à son plumet élimé - organisés par sa favorite où tous deux raillaient la différence d'âge entre son successeur et sa légitime épouse, qualifiée avec mépris du surnom de "la Vieille", il faisait donc la Révolution en "escarpins glacés" (par Maître Cireur labellisé Aquilino Morelle) dans les salons parisiens du Marais.

  • Mais dans cette société aristocratique où le mensonge permanent est la forme suprême de l'habileté et de l'intelligence politique,
  • où l'on ridiculise et humilie sa maîtresse officielle aux yeux du monde entier en la répudiant par simple message à un agence de presse sans provoquer la moindre réaction des féministes ultras de son gouvernement,
  • où l'on traite de "sans dents" et "chiens galeux" sans collier les électeurs qui l'ont porté au pouvoir en faisant le contraire de ses engagements électoraux,
  • où l'on dilapide l'argent public pour le plus grand profit des protégés de sa nouvelle favorite dans le monde du spectacle ,
  • où l'on creuse sans compter le déficit public en accordant des avantages prohibitifs injustifiables à la cohorte innombrable des intermittents du spectacle et des "punks à chiens" et autres "black blocks" prétendument de gauche et activistes à son service,
  • où l'on finance avec l'argent public les riches propriétaires des titres de presse et des médias audiovisuels qui mettent à son service leurs titres en échange d'avantages juteux et compromissions accordés par le pouvoir pour leurs affaires personnelles, bien que contraires à toutes les règles commerciales,
  • où l'on accorde à la caste journalistique des niches fiscales attentatoires au principe d'égalité devant la loi pour s'assurer de leur soutien,
  • où une partie des commissions versées par DASSAULT à son intermédiaire indien lors de la vente de 36 avions de combat à ce pays se retrouve sur les comptes d'une société de production cinématographique de La Pompadour sans qu'aucun média français ne s'intéresse à une affaire qui fait scandale politique en INDE

comment s'étonner d'un tel comportement ?

Et parce que la schizophrénie est un trouble qui affecte jusqu'à l'élite franc-maçonne corrézienne, le CLOWN, dans son rôle préféré du bon Docteur JEKYLL - parangon paré de toutes les vertus républicaines - tint à nous rappeler au mois de mars 2017, en pleine débâcle pré-électorale qui marqua la fin de son règne calamiteux, combien il était intègre et différent de son prédécesseur, assoiffé d'argent sale qu'il accumulait par tout moyen, même les plus indignes :

"Les activités privées, je n'en avais pas avant, je n'en ai pas eu pendant [ma présidence] et je n'en aurai pas après"

Mais parce que la réalité est tenace, même en dépit des pires manipulations médiatiques, c'est  Mister HYDE qui triomphe toujours et reflète au mieux la réalité du personnage ; c'est sans surprise donc que nous apprenons par LA LETTRE DE L'EXPANSION, relayée par LE POINT, que ce triste sire vient d'effectuer un nouveau virage à 180° pour déposer les statuts d'une "sarl" dont il est le seul actionnaire, sous la dénomination sociale de "R.D.P.A pour Réflexions, Débats, Perspectives et Analyses", dont l'objet social est « participer à des colloques, des conférences, des séminaires ou des réunions internationales » , dont la plupart sont souvent très bien rémunérées par des mécènes de la finance bien entendu, qui sont ses "seuls adversaires" comme chacun l'a désormais compris !

Se servir plutôt que servir : une certaine idée des privilèges de la caste énarchique !

A la fois archétype et incarnation caricaturale de cette "caste de hauts fonctionnaires minée par l'entre-soi et les conflits d'intérêts",

BOZZO a persisté sans décence, morale ni remords à cotiser (entre sa sortie de l'ENA en 1980 et sa retraite le 15 mai 2017), avec le statut de "fonctionnaire détaché de la Cour des Comptes assurant les fonctions de Président de la République", à la caisse de retraite de cette Institution où il n'a servi effectivement que trois ans, pour empiler les pensions de Premier Secrétaire du PS, Député-Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, conseiller régional, député européen, ancien Président de la République (il a droit en sus à un logement meublé, une voiture avec deux chauffeurs, une protection policière assurée par deux agents ainsi qu’à la mise à disposition de sept collaborateurs chargés de l’épauler au quotidien), plus ses revenus de membre de droit du Conseil Constitutionnel, soit 35700 € de pensions mensuelles.

Ainsi que le relate l'hebdomadaire MARIANNE, ou VALEURS ACTUELLES, les membres de son gouvernement hauts-fonctionnaires avaient du démissionner ou se mettre en disponibilité de la haute administration, comme leur en faisait obligation la loi de moralisation votée après l'affaire CAHUZAC. Mais pas lui évidemment, puisque ce donneur de leçon - méprisant et infatué de sa personne - flotte trop au-dessus des lois et des règles communes pour se les appliquer, à titre de membre d'une caste catégorielle privilégiée de technocrates de droit divin dont il dénonçait les abus en 1989 !.

La Madone et le Culbuto : la comédie continue ...

Le 5 avril 2006, à l'aube du majestueux envol de ce couple mythique vers les limbes de la petite histoire, les journalistes Marie-Eve MALOUINE et Carl MEEUS, publiaient chez FAYARD le premier opus de l'histoire consacré à Ségolène ROYAL et son compagnon BOZZO-le-CLOWN, sous un  titre inspiré : LA MADONE ET LE CULBUTO ou l'inlassable ambition de Ségolène ROYAL et François HOLLANDE

Un an plus tard, Ségolène triomphait de son compagnon en devenant la candidate de "gauche" qui affrontait Nicolas SARKOZY au second tour de l'élection présidentielle ; bien que battue, son score était honorable et porteur d'espoir pour l'avenir ! On apprenait officiellement après l'élection que BOZZO-le-CLOWN, qui avait interprété le rôle de "première Dame" sans enthousiasme sur les estrades publiques, avait comploté en sous-main pour provoquer la perte de sa compagne, et que le couple, malgré ses quatre enfants, était séparé puisque le CLOWN était "bigame" désormais, vivant maritalement avec une journaliste de l'Hebdomadaire PARIS-MATCH, Valérie TRIERWEILER.

Après sa démission du poste de Premier Secrétaire du Parti Socialiste

(mais il avait conservé ses mandats de Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, député de la circonscription, tout en gardant bien au chaud son poste de Conseiller référendaire à la Cour des Comptes dont il avait obtenu un détachement pour bénéficier à plein de ses droits à la retraite, alors que par décence il aurait du solliciter sa mise en disponibilité puisque tous ses mandats électoraux lui rapportaient par ailleurs de fortes indemnités pour sa pension de retraite. Même élu Président de la République, et après l'affaire CAHUZAC, il continuera à cotiser au Conseil d'Etat pour arrondir ses pensions de retraite : 37.600 € de pensions mensuelles qui l'autorisent à l'incroyable arrogance d'insulter de "sans dents" la foule des gens modestes qui les paient avec leurs impôts  Les Intouchables d'état Vincent JAUVERT )

C'est sa maîtresse journaliste qui le reformata physiquement pour le préparer aux primaires socialistes de l'élection présidentielle de 2012 : perte de poids (régime DUKAN), nouvelles lunettes, soins quotidiens de bronzage aux rayons UV, teinture capillaire brune pour effacer les cheveux blancs, cours de théâtre et d'expression corporelle pour mimer dans ses discours la gestuelle et le débit de son modèle François MITTERRAND, nouvelle panoplie de costumes haute-couture, chaussures glacées avec l'intervention de cireurs professionnels (suivant les conseils du bon Docteur Aquilino MORELLE, plume de l'immortel discours du Bourget : "Mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne (...), c'est le monde de la finance !")

  • La miraculeuse élimination du candidat favori de la gauche "bobo" pour des raisons d'agression sexuelle,
  • Cette transformation physique,
  • doublée d'un programme insensé et irréalisable de promesse d'abrogation de toutes les mesures prises par le Président en fonction, de donner satisfaction à toutes les demandes,  notamment à s'engager sur les mesures les plus démagogiques et populistes si elles émanaient de minorités sectaires - communautaires - religieuses - agissantes et violentes ;
  • plus l'incroyable campagne de haine, de tombereaux d'insultes et de dénigrement déversés sur le candidat de droite par l'intermédiaire de la caste médiatique, du monde interlope du "show-biz", des intermittents du spectacle et des magistrats du syndicat de la magistrature refusant d'appliquer les lois votées par la représentation nationale mais scénarisant avec certains "journalistes activistes d'extrême gauche, connus pour être des agents de puissances étrangères hostiles" des "affaires" pour éliminer leur adversaire, 

Aboutirent à l'élection au poste présidentiel du plus méprisable des candidats, qui plongea pendant cinq ans le pays dans le ridicule international, l'affaissement de sa position internationale, la gabegie et la mise en coupe réglée par des "rastignac" de bas-étage de l'économie nationale et l'appauvrissement des classes laborieuses et moyennes dupées par tant de promesses illusoires.

Le désastre fut tel, rendant inéluctable un échec humiliant,  qu'il ne put se présenter à sa propre succession en 2017 !

Mais CULBUTO avait déjà rebondi sur la reconquête du pouvoir en 2022 : il s'appuierait cette fois

  • sur une comédienne professionnelle pour jouer l'image d'un couple uni et stable qui lui avait tant fait défaut après la répudiation de la journaliste qui avait participé à sa prise de pouvoir de 2012,
  • la répétition systématique sur tous les médias d'une "mantra" scandée lors de toutes ses prises de parole pour vanter le bilan de son quinquennat dont "l'histoire reconnaîtrait la grandeur et le courage !",
  • et bien entendu la critique de toutes les actions de son successeur, encourageant voire même suscitant par ses associations d'agitation-provocation, des crises sociales et des actions violentes contre le pouvoir en place.

 Le monde du spectacle, la caste journalistique gavée des prébendes accordés lors de son quinquennat, et la justice révolutionnaire rouge dont il avait promu les membres aux postes stratégiques  lui étant demeuré fidèle par intérêt catégoriel, tout semblait en place en cette fin 2018 pour une glorieuse et prochaine prise de pouvoir.

Mais tel n'est pas l'avis de son ancienne compagne, Ségolène ROYAL ; dans un livre paru en octobre 2018, elle a su décrire la petitesse, l'hypocrisie et la lâcheté de celui qui fut son compagnon pendant tant d'années ; cumulé à l'ouvrage écrit par Valérie TRIERWEILER, cela nuit à l'espoir de donner vie au personnage vierge et pur qu'il veut incarner : l'on voit ainsi se mettre en place les pièces de la comédie de boulevard qui va nous occuper jusqu'en 2022 : Julie GAYET (payée en retour par les largesses du CNC ou le financement de ses sociétés de production cinématographiques par des marchands d'armes) fait face à Ségolène ROYAL, future candidate en 2022 et à Valérie TRIEIWEILLER, les deux ex !

Un extrait de "C'EST A VOUS", l'émission de FR5 tellement dévouée au CLOWN, au même titre que les émissions de service public des présentateurs LGBT vedettes FOGIEL ou RUQUIER, et évidemment Yann BARTHES (correspondant média officiel de Christine TAUBIRA et Naja VALAUD-BELKACEM !) sur RMC,  nous donnait le 26 décembre un avant-goût du spectacle désopilant qui nous attend ces prochains mois ! Au point que le journaliste vedette de RMC, Jean-Jacques BOURDIN, pourtant peu suspect de sympathies droitières, ne pouvait qu'exprimer sa lassitude et son doute face à l'éternel retour de LA MADONE et du CULBUTO !

 

 

Le Clown en représentation chez son cireur de chaussures !

La France a besoin d'autorité !

phalange¡ARRIBA FRANCIA, VIVA VALLS !
Generalísimo Manuel Valls, Caudilleto d'Evry por la Gracia de Dios