elysee  facebook  twitter  instagram  snapchat  vine  tumbir  cop21

flanbynator4

Le représentant autoproclamé des "Gilets Jaunes" révolutionnaires

Ça y est : prenant de vitesse Ségolène ROYAL, sa rivale pour les élections de 2022,  il s'est autoproclamé représentant unique et officiel des"gilets jaunes", sans même demander leur avis aux "sans dents" et "chiens galeux" qui manifestent et occupent les points de filtrage ou de blocage routiers !

Après avoir soutenu les exactions des casseurs et les avoir invités à poursuivre et accentuer leurs actions pour bloquer l'activité économique nationale et terroriser les citoyens, après avoir rencontré lors de tous ses déplacements en province les gilets jaunes dans les locaux de feu le parti socialiste (en fait, des permanents et des sympathisants ayant enfilé à la va-vite le fameux gilet!), il s'est rangé au nombre des séditieux et factieux qui veulent renverser la République et la Démocratie, ensanglanter le pays afin de prendre le pouvoir dans les soubresauts d'une révolution sanglante.

Pour gage de sa sincérité, il a saccagé hier l'Arc-de-Triomphe avec les Black-Blocks dont il est le principal protecteur, profané la Tombe du Soldat Inconnu en urinant sur la flamme pour l'éteindre, craché sur les CRS et les Gendarmes Mobiles missionnés de ne pas réagir afin d'éviter toute bavure ou blessure du côté des manifestants !

Cette lopette, déjà représentante officielle des activistes LGBT (Fogiel - Barthes - Ruquier -Act'Up-Aides), des féministes ultras (il a importé les "fémens" en France !) -, des Jacobins du "Grand Orient de France", des escrocs contrôlant la presse du pays : Groupe BNP (Bergé-Niel-Pigasse : Le Monde, L'Obs, La Vie, Courrier International, Telerama, les Inrocks, le Monde Diplomatique, Huffington Post) et du Groupe ALTICE de Patrick DRAHI (Libération-L'Express, BFM TV, RMC), de l'audiovisuel du service public qu'il utilise comme porte-voix, du Syndicat de la Magistrature dont il a installé des représentants à tous les postes-clés de la Justice civile, pénale et administrative, de Michel DRUCKER, des "Intermittents du spectacle" et des "Punks à chien" protégés de sa favorite, a decrété que :

  • Malgré ses 36.000€ de revenus mensuels versés par l'Etat sur le budget public, les bureaux mis à sa disposition dans le centre de Paris avec fourniture d'une voiture de fonction, d'un chauffeur et d'agents de sécurité avec prise en charge de tous ses frais de déplacement ;
  • Malgré sa villa de Mougins 06, ses deux appartements de Cannes, sa luxueuse villa de Tulle et ses trois propriétés immobilières parisiennes,

Il compte au nombre des lésés et des victimes de la politique macronienne, et ce malgré la suppression de l'ISF qu'il n'aura donc jamais payé !

Il fera donc tout et n'importe quoi pour récupérer ses privilèges de caste !

Une politique responsable eut été de le poursuivre et le sanctionner pour toutes les malversations et sordides manipulations accumulées entre 2012 et 2017, car dans une démocratie, les "branches pourries" doivent être coupées avant que l'édifice démocratique ne se lézarde ! (quid des fonds indiens versés aux sociétés de production cinématographiques de la Favorite par ce pays après la vente des "Rafale" ?)

Ne pas le faire a constitué une lourde erreur qui expose le pays aux affres dont nous sommes aujourd'hui les témoins !

Se servir plutôt que servir : une certaine idée des privilèges de la caste énarchique !

A la fois archétype et incarnation caricaturale de cette "caste de hauts fonctionnaires minée par l'entre-soi et les conflits d'intérêts", BOZZO a persisté sans décence ni remords à cotiser (entre sa sortie de l'ENA en 1980 et sa retraite le 15 mai 2017), avec le statut de "fonctionnaire détaché de la Cour des Comptes assurant les fonctions de Président de la République", à la caisse de retraite de cette Institution où il n'a servi effectivement que trois ans, pour empiler les pensions de Premier Secrétaire du PS, Député-Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, conseiller régional, député européen, ancien Président de la République (il a droit en sus à un logement meublé, une voiture avec deux chauffeurs, une protection policière assurée par deux agents ainsi qu’à la mise à disposition de sept collaborateurs chargés de l’épauler au quotidien), plus ses revenus de membre de droit du Conseil Constitutionnel, soit 35700 € de pensions mensuelles.
Ainsi que le relate l'hebdomadaire MARIANNE, ou VALEURS ACTUELLES, les membres de son gouvernement hauts-fonctionnaires avaient du démissionner ou se mettre en disponibilité de la haute administration, comme leur en faisait obligation la loi de moralisation votée après l'affaire CAHUZAC.
Mais pas lui évidemment, puisque ce donneur de leçon - méprisant et infatué de sa personne - flotte bien trop au-dessus des lois et des règles communes des simples citoyens pour les appliquer à sa personne, puisque membre d'une caste catégorielle privilégiée de technocrates de droit divin dont il dénonçait les abus en 1989 !.

La France a besoin d'autorité !

phalange¡ARRIBA FRANCIA, VIVA VALLS !
Generalísimo Manuel Valls, Caudilleto d'Evry por la Gracia de Dios