Conversion à la "Movida" : entre "la Belle de Cadix" et "Pepe Manuel", Flanby au pays des Ibères

Pepe ManuelPepe Manuel enrage contre ses adversairesLes élections municipales viennent de projeter sur le devant de la scène politique deux personnages éminents, vivantes incarnations de l'énergie et de la soif de vivre de la jeunesse espagnole du début des années 1980, connue sous le nom de "movida" dont l'icône est toujours le cinéaste gay Pedro Almodovar.
Ce mouvement est parfaitement en phase avec les valeurs qui caractérisent aujourd'hui ce qu'est devenu un parti autrefois ouvrier, défenseur des gens modestes : l'incarnation des communautarismes lesbien gay bisexuel transexuel pédophile et de toutes les démissions et facilités face aux diktats de ceux qui complotent pour saper les bases morales et légales de notre société et de notre démocratie, au prix du clivage criminel et impardonnable infligé par ces apprentis-sorciers à notre société.

Anne HIDALGO d'abord, "la belle de Cadix" et sémillante "gaditana" (originaire de San Lorenzo dans la province de Cadix) comme la surnomment avec fierté les quotidiens espagnols, a su conserver aux socialistes le contôle de la cité la plus passionnément et sectairement homophile de la panète ; d'abord évidemment en raison de la composition sociologique de la ville qui regroupe dans certains de ses arrondissements une population marquée par son communautarisme "gay", nul ne pouvant prétendre être élu dans cette ville s'il n'obtient son soutien ! Son prédécesseur et mentor l'avait de droit, bien entendu, puisque membre le plus éminent de ce communautarisme auquel il a su imposer Anne Hidalgo comme son successeur autodésigné. Bien qu'ayant trahi les convictions profondes de ses électeurs traditionnels en se faisant défenseur du "mariage pour tous", son adversaire Nathalie KOSZUISKO MORIZET ne pouvait rien faire face à un tel rouleau compresseur. Ses résultats démontrent cependant que ses électeurs ne lui ont pas tenu rigueur de sa trahison.
Elue donc pour et par le communautarisme "gay", Anne HIDALGO s'est vue rappeler la soumission et les devoirs qui sont désormais les siens envers cette communauté par les drapeaux "arc-en-ciel" (pas un seul drapeau français ou de Paris !) qu'agitaient devant elle ses partisans lors de ses remerciements publics. Parviendra-t-elle dans ces conditions à exister autrement qu'en marionnette de LGBT et à devenir le Maire de tous les parisiens et non d'une seule côterie, seul l'avenir nous le dira ! Elle aura du moins l'honneur d'organiser et présider les "Jeux Olympiques Gays" obtenus par son prédécesseur, dont tous les parisiens se réjouissent de pouvoir financer le coût avec leurs impôts !

Manuel VALLS surtout ; dès le lendemain, c'est le Président lui-même qui actait sa totale déroute électorale et s'en remettait pour sauver son quinquennat à l'ombrageux et ambitieux barcelonnais, surnommé dans son parti "Petit Sarkozy", "Pepe Manuel" par les écologistes de gauche ultra, tant sa démarche semblait droitière et éloignée des idéaux de son parti ! Ministre de l'Intérieur franc-maçon, admirateur inconditionnel de Clémenceau, il était surtout populaire parmi les gens de droite qui hissaient sa popularité jusqu'à des sommets jusque là inconnus, tant ses rodomontades, ses mouvements de menton et ses discours martiaux étaient ceux d'un réactionnaire, bien éloignés des rêves "bisounours"et de la démagogie habituelle des représentants de son parti.
Mais pour faire carrière au PS, dont il ambitionne de porter les couleurs aux élections présidentielles, il devait impérativement se recentrer ! Il le fit d'abord par la répression gratuite, violente, irraisonnée, à l'exemple de Clémenceau matant la révolte des vignerons languedociens en 1907 au prix de la mort d'enfants innocents, contre les familles manifestant paisiblement contre le "mariage pour tous" et la défense des valeurs traditionnelles de notre société.
Comme cela ne suffisait, et qu'il devait lui aussi avoir son affaire DREYFUS, il rentra en fin d'année 2013 dans une crise violente très médiatisée contre le comique Dieudonné accusé de propos antisémites lors de ses représentations sur scène ; comme la répression pénale ne lui suffisait pas, il lança contre le comique l'armada des services répressifs de l'état, n'hésitant pas à détruire 120 ans de jurisprudence administrative du Conseil d'Etat pour imposer ses idées.
Les manoeuvres navrantes qu'il utilisa pour atteindre son but sont caractéristiques du manque de scrupules et de respect de cet arriviste pour le droit de son pays et de son appétence de pouvoir que rien ne saurait limiter. Ayant decrété que les représentations du comique devaient être interdites, il organisa d'abord avec les plus extrêmistes parmi les représentants de la communauté juive (la LICRA de JAKUBOWICZ) une pseudo-manifestation, quitte à faire venir dans le pays deux prestigieux retraités israéliens coulant dans ce pays une paisible retraite, Serge et Béate Klarsfeld. Cette manifestation organisée, il saisit le juge administratif de Nantes afin de faire interdire le spectacle en raison des risques à l'ordre public que faisait encourir la manifestation de protestation qu'il avait organisée.
Et c'est là que sa totale absence de principes moraux se manifeste : sachant très bien que le juge administratif de NANTES ne pouvait accéder à la demande d'interdiction, contraire à tous les principes de la justice administrative, il fit appel de cette décision, appel examiné pour la première fois dans l'histoire judiciaire deux heures après le jugement initial ! Le conseiller d'état en charge de rendre la décision définitive n'étant autre que Bernard STIRN, arrière petit neveu de DREYFUS, militant de gauche et membre éminent de la communauté juive, ancien directeur de cabinet du ministre socialiste Roger-Gérard Schwartzenberg et frère d'Olivier Stirn, surnommé par le Canard Enchaîné "l'andouille de Vire", que la souplesse de son échine avait conduit à servir alternativement tous les présidents de la république, de droite ou de gauche, et à adhérer sans état d'âme à leurs partis politiques de bord opposé, tout le monde put comprendre à quel point le fléau de la balance de la Justice avait été préparé d'avance au bénéfice d'une partie.
Et c'est ainsi que par simple caprice et ambition personnelle, Mr VALLS mit à bas plus d'un siècle de jurisprudence administrative et jeta la discrédit sur ce grand corps de l'état ! Mais peu importe puisque son ambition personnelle ne saurait être limitée par des problèmes de droit ou de jurisprudence !
C'est donc ce personnage que le Président de la République a désigné hier comme le second premier ministre de son quinquennat ;
pour l'instant, seul l'Etat d'Israël auquel il avait déclaré sa flamme sur "RADIO JUDAICA" en novembre 2011 par ces mots devenus cultes : " PAR MA FEMME, JE SUIS ETERNELLEMENT LIE A LA COMMUNAUTE JUIVE ET A ISRAEL, QUAND MEME !" s'en félicite et envisage de le nommer ambassadeur d'Israël en sus de son titre de premier ministre français.
Manuel VALLS, en écrasant les tenants du "mariage pour tous" a triomphé comme Clémenceau l'avait fait contre les viticulteurs languedociens ; l'assassinat du comique Dieudonné est son affaire DREYFUS ; reste maintenant le plus difficile, gagner sa Guerre de tranchées contre François HOLLANDE !
HOLLANDE lui en laissera-t-il le loisir ? Il s'agit à l'évidence d'une lutte à mort entre les deux plus grandes ambitions socialistes pour la présidentielle 2017, que remportera le moins scrupuleux et le plus démagogue ! Il est encore trop tôt bien entendu pour les départager tant manque de scrupules moraux et d'honnêteté les caractérise tous deux, alors que le mensonge permanent, la démagogie absolue et la dissimulation figurent au rang de leurs qualités les plus éminentes !

Mais le combat, n'en doutons pas, sera passionnant.